Chrétiens : l’appel de la Syrie

Soucieux de donner la parole à ceux qui subissent la guerre au quotidien, chrétiens de Syrie pour la paix, a invité en France le Dr Elias Lahham et a organisé à cet effet différentes manifestations : conférences,  rencontres avec des politiques  ainsi que des différents médias dont Valeurs.

Par Solange Bied-Charreton/ Lundi 25 juillet 2016

Photo © Youtube

Urgence. De passage en France, le Dr Lahham, président du Forum national syrien, alarme les Occidentaux sur la situation de la Syrie après cinq ans de conflit. Nous l’avons rencontré.

Elias Lahham s’exprime calmement, dans un français parfait. Lanceur d’alerte, il est venu ici témoigner du chaos. En cinq ans de guerre, il n’est tombé pas moins de trente-deux obus sur le seul quartier chrétien de Damas. A cela s’ajoute les tirs. Les attentats en tout genre, dont des voitures piégées, les colis. La peur tous les jours. A l’hôpital Saint-Louis, le nombre des blessés de guerre tourne depuis trop longtemps autour 2200 civils. Chef du service de chirurgie dans cet établissement au cœur de Damas, le docteur Lahham est le premier acteur chrétien de la société civile syrienne à faire le déplacement jusqu’en France pour alerter l’opinion publique. Qui mieux que lui saurait évoquer cette réalité, que la plupart des médias occidentaux occultent ? « Nous avons déjà pu organiser la venue de dignitaires religieux, certains Français sont également partis sur place », précise Roueida Khoury, présidente de l’association Chrétiens de Syrie pour la paix, un pont entre France et Syrie. Mais la visite en France de ce médecin de guerre, elle, est précieuse.

Précieuse aussi, l’action qu’il a choisi de mener dans le cadre du Forum national syrien. « Un combat culturel », affirme-t-il. Patiemment, il égrène devant tous ceux qu’il rencontre en France les chiffres, édifiants, qui témoignent de l’exode des chrétiens syriens vers l’Europe, les Etats-Unis, le Canada. En 2010, ils représentaient 8 à 10 % de la population syrienne. En 2016, ils ne sont plus que 2 à 3%. Un nouveau Liban. En France, les interlocuteurs du docteur Lahham sont des politiques (députés, sénateurs), quelques journalistes. Aucun ne semble mesurer l’ampleur de la catastrophe. « Parce que les médias sont axés pro-rebelles : ils ne parlent jamais des bombardements quotidiens que subissent nos populations et qui sont principalement le fait des rebelles islamistes. » Durant les quelques semaines qu’il aura passé en France, Elias Lahham sera notamment entretenu avec les députés Jacques Myard, Pierre Lellouche (LR) et Gérard Bapt (PS), ancien président du groupe d’amitié France-Syrie – son voyage à Damas, en mars 2015, avait suscité la polémique au Parti socialiste et provoqué les menaces d’une suspension pure et simple du groupe à l’assemblée nationale, en octobre dernier.

SUR LE MÊME SUJET

Reste à l’association Chrétiens de Syrie pour la paix de Roueida Khoury, qui œuvre en France, de faire en sorte que ces entretiens soient suivies d’effets : « Nous souhaitons qu’ils fassent l’objet de propositions à l’assemblée. » Parmi elles, la reprise des relations diplomatiques entre la Syrie et la France et, surtout, la levée des sanctions économiques sur la Syrie, qui ampute les moyens des forces vives du pays : « A cause de l’embargo, détaille le docteur Lahham, nos malades sont mal traités. On ne peut ni remplacer le matériel médical ni se procurer certains médicaments. » En attendant, l’ambition du Forum national syrien n’est pas humanitaire. Si le chirurgien loue efforts et actions des organisations sur place, son projet est autre. Il souhaite la création d’une sorte de « lobby chrétien syrien », qui permettrait de mettre en place une aide de nature culturelle, juridique, constitutionnelle, rappelant à ces populations qu’elles sont chez elles depuis des siècles. Pour ce faire, Elias Lahham prévoit l’organisation d’un congrès pour les chrétiens, qui se tiendrait à Damas, probablement autour du mois de novembre 2016. «Nous voulons créer les conditions nécessaires à l’enracinement des chrétiens », ajoute le médecin, conscient du paradoxe qu’il soulève. « Ils sont chez eux ! Les rebelles, qui les chassent, sont en grande partie étrangers ! »

Lorsque Roueida Khoury met, enfin, le doigt sur cette réalité historique indéniable qui veut que musulmans et chrétiens aient vécu ensemble sur cette terre pendant des siècles, le docteur Lahham rappelle les méfaits de l’islamisme, s’efforçant d’évincer toute notion de vivre-ensemble. Il prédit que les pays d’Europe qui détiennent une forte minorité musulmane, comme la France, « vont avoir des problèmes ». Nul besoin de lui rappeler les attentats de janvier, de novembre 2015 à Paris, de mars 2016 à Bruxelles, à Magnanville, à Nice. « Pour la France, si rien ne change, ce n’est qu’un commencement », prévient-il simplement.

http://www.valeursactuelles.com/monde/chretiens-lappel-de-la-syrie-63807

Laisser un commentaire